La France fille de la Révolution ?

Publié le par sed

La France fille de la Révolution ?
 
Ou la France fille de putain ?


« Les Français sont encore maintenant nos éducateurs» , disait Michel Bakounine dans « Lettre à Ruge » (Les Annales franco allemandes) « Ils ont dans le domaine de la politique une avance de plusieurs siècles. Et que de conséquences en découlent. Cette puissante littérature, cette poésie vivante, ces beaux-arts : autant de choses que nous ne comprenons que de loin ! Il nous faut rattraper le temps perdu, il nous faut corriger notre orgueil métaphysique qui n’apporte au monde aucune chaleur, il nous faut travailler jours et nuits pour parvenir à vivre avec des hommes comme des hommes, à être libre et à rendre les autres libres... »

On les voit déjà tous ceux-là que Bakounine a brossés dans le sens du poil en leur servant tant d'éloges ! On les entend déja tous ces culs dorés et ces maëstros nous servir en retour du cocorico et de la Grande Révolution Nationale, pas celle de Pétain, bien sûr mais celle, évidemment de 1789 !

En lisant cela et en vivant en France parmi des « français » , on ne peut que se demander quelle sorte de « français » ce Michel Bakounine connaissait ! Bien sûr, on connait et on pense à la camaraderie qui unit le Russe et Pierre-Joseph Proudhon qu'un autre Russe, Pierre Kropotkine décrivait en train de débattre ensemble des nuits entières... Dans quel autre endroit de cette France du XIXème siècle, Bakounine aurait-il bien pu trouver « cette puissante littérature, cette poésie vivante, ces beaux-arts : autant de choses que nous ne comprenons que de loin ! » ?

Rien ne sert de chercher des choses qui n'existent pas : il y a déjà suffisamment trop de sectes et de religions pour cela !

Quelle sorte d'image de la France, Proudhon a-t-il réussi à donner à Bakounine (à coup sûr sans le vouloir !) pour que celui-ci en arrive à écrire de telles sottises ?

La France fille de la Révolution et les Français éducateurs de la Révolution ? Il n'y a que les culs dorés les plus méprisables pour continuer à oser nous raconter des horreurs pareilles ! Rendons plutôt en écho la proclamation de Proudhon :

« Une seule solution à la crise sociale : l’anarchie ! »

Or l'anarchie n'est ni française ni étrangère, l'anarchie ne se laisse enfermer dans aucune case et l'anarchie n'a nullement besoin des éducateurs français, des culs dorés et des maëstros, alors qu'ils retournent chanter avec leur coq, les deux pieds dans leurs merdes !


La France, " soeur aînée de l'Eglise " , n'est autre chose que la fille d'une putain !

 La France est une fille de putain qui a chassé Proudhon de ses frontières parce qu'il avait écrit des livres et qui l'a forcé à vivre de longues périodes de sa vie en exil (en Suisse, en Belgique) .

La France est une fille de putain qui l'a chassé aussi de son gouvernement en 1848 parce qu'il parlait trop et pour le peuple.

La France est une fille de putain qui refuse encore aujourd'hui d'écouter son enseignement.

La France est une fille de putain qui a ensuite massacré les communards (30 000 victimes lors de la "semaine sanglante" ) .

La France est une fille de Pétain : elle a nommé son catholique confirmé Pétain comme chef et déporté juifs, syndicalistes, résistants, etc. aux nazis.

La France est une fille de putain qui a continué à traquer les anarchistes et à les déporter comme Francisco Delgado Gata et Joaquín Delgado Martínez, innocentes victimes de la plus cruelle répression de la dictadure de Franco.

La France est une fille de putain qui pratique aujourd'hui encore l'extradition, l'expulsion et la déportation, l'internement des étrangers dans des camps de rétention, la torture des prisonniers (isolement, mitard ) , etc.

La France est une fille de putain qui éduque la jeunesse sans avenir de ses quartiers "oubliés" qui tombent en ruines à coups de B.A.C., de Centre d'Education Fermé et d'Etablissements Pénitentiaires pour Mineurs.

...

Alors que l'on raconte ce que l'on veut sur la Révolution, la Justice, la Liberté, l'Egalité, la Fraternité, la République, la Vérité, etc... Tout ce que l'on veut sauf une chose : qu'elles sont les filles d'une putain !

 

(La putain en question, c'est l'Eglise et si l'insulte qui lui est adressée peut être retournée en une insulte contre les putains, ces dames, je ne sais guère, exploitées sexuellement et économiquement par des hommes, je m'en excuse le plus profondément et j'assure que tel n'était pas du tout le sens du propos.)

Publié dans histoire

Commenter cet article