DE L'IRAN A LA GRECE

Publié le par ced

La foule s'ouvre sur la moto du policier qui s'engouffre dans la masse vivante , le voltigeur qui conduit l'engin vrombissant est tellement habitué a brutaliser et a frapper des gens sans défense qu'il ne se méfie pas . Il ne voit pas qu'aujourd'hui la foule qu'il charge c'est le Peuple , tout un Peuple électrisé par le mot de liberté . En face du sbire sauvage des ayatollah ceux et celles qui s'écartent ne constituent ni un groupe syndical ou politique et encore moins un "service d'ordre" , il y a quelques minutes encore certaines de ces personnes ne se connaissaient pas et les voilà réunies dans la solidarité de cette lutte massive . En réalité personne ne fuit , le recul amorcé est un piège qui se referme sur la brute mécanisée , des hommes et des femmes ,sans autre arme que leur force morale, dressés contre la dictature réinventent spontanément les savantes tactiques des phalanges d'Alexandre le Grand contre les chars a faux de Darius . Comme dans une manoeuvre des légions romaines happant les éléphants d'Hannibal , le matraqueur est saisi par des dizaines de bras et jeté a terre . Magnanimité et intelligence du peuple révolté , sous l'uniforme bestial il y avait un jeune homme et pendant que son engin de mort commence a brûler les poings rageurs redeviennent des mains secourables , écartent l'ennemi vaincu du brasier et essuient son sang qui coule . Et ces faits nous parlent déjà plus que de longs discours . Cela se passe a Téhéran et ici en France les commentateurs politiques nous disent que ce peuple héroique n'aurait d'autre ambition que de changer de chef. ( Ce changement de chef étant que ce nos politologues nomment la démocratie, montrant par là quel mépris ils en ont , puisque ce ne serait qu'un changement de dictateur ) . Pourtant les masses iraniennes font quotidiennement dans la rue ,et précisément sans aucun chef , la démonstration des capacitées du Peuple a s'autoorganiser et a lutter contre un pouvoir d'assassins . Ce mouvement qui a démarré au prétexte d'une controverse électorale a mis en branle quelque chose de beaucoup plus profond . Un élément qui ne trompe pas sur l'état d'esprit du peuple iranien , c'est la participation par la parole par les actes de femmes anonymes qui expriment leur volonté de se débarrasser de la chappe étouffante du pouvoir et des religieux . Je l'ai vue sur mon écran ce 14 juin elle n'a ni foulard ni voile elle a les cheveux teints en blond et un masque chirurgical pour se protéger des grenades lacrymogénes elle est décidée et marche au milieu de ses camarades . Qu'on la filme ne lui importe pas ce qui compte pour elle en ce jour c'est de de montrer la direction et d'entrainer les hommes ; « a bas la dictature , vive la liberté ! « Deux jours plus tard cette autre est une véritable lionne qui attaque seule a coups de pieds une bande de policiers occupés a frapper d'autres femmes a un arrêt de bus , agressée a son tour par les soudards elle se réfugie au sein du petit groupe qui se reforme autour d'elle pour la protéger , toutes restent debout sous le coups …...Elles et tant d'autres ! La jeune Neda abattue le 21 juin par un assassin aux ordres des théocrates payera de sa vie pour la peur qui s'empare du Pouvoir lorsque les femmes rentrent dans la lutte . Dans ce Panthéon immense des victimes innombrables et obscures de l'Etat et du Capitalisme Neda restera dans nos mémoires unie a Alexandre ce jeune grec assassiné cet hiver par un autre flic meurtrier . A ce moment nos camarades d'athénes écrivaient « Nos vies n’appartiennent pas aux états et leurs assassins ! La mémoire des frères et des sœurs, des amis et des camarades assassinés restent vive à travers nos luttes ! Nous n’oublions pas nos frères et nos sœurs, nous ne pardonnons pas leurs assassins » Et il faut le dire la lutte du peuple iranien rejoint celle de tous . Ce que nous voyons en marche n'est pas autre chose que cette immense fraternité universelle qui se léve peu a peu contre les criminels qui nous gouvernent . Elle nous réunira par delà les frontières autour de que ce qui lui donne corps et qui la fera vaincre . L'Idée que l'on peut vivre libres , ensemble et dignement, en dehors des sordides schémas imposés par l'idéologie de la domination . Un militant de la CNT-AIT http://cnt.ait.caen.free.fr/forum/viewtopic.php?f=13&t=4970 ================================ Infos sur la manifestation du 21 juin : Natarsid! Natarsid! Mah hameh bah ham hastim! "N'ayez pas peur, n'ayez pas peur, nous sommes tous ensemble" Récit des manifestations du 20 et 21 juin, vu par des manifestants, traduit de l'anglais (http://www.hopoi.org/) Dimanche 21 juin Sayid Ali Khamenei dans son discours d'hier a dit qu'il n'y a pas eu de fraude électorale, et que les manifestants n'obtiendraient pas satisfaction de leurs revendications, en continuant à se rassembler dans les rues. Beaucoup de gens attendaient ce discours et son contenu, spécialement les réformistes, et il est s'est positionné très clairement aux côtés d'Ahmadainejad, il n'est donc pas très difficile de deviner que les réformistes vont probablement faire marche arrière, ce que nous avons vu aujourd'hui dans les rues de Téhéran est très différent de ce que nous avons vu les dernières semaines. Beaucoup des réformistes qui avaient constitué une partie des manifestations ces dernières semaines et avaient affirmé qu'ils ne s'arrêteraient pas de protester jusqu'à satisfaction de leurs revendications n'étaient pas parmi ceux qui se battent et meurent pour leur liberté dans les rues de Téhéran aujourd'hui. Les manifestations ont commencé dans le centre vers 16h, ou la police ( incluant les forces de sécurité officielles, mais aussi les Sepah et les Bassidji en tenue lourde) avait déjà pris position dans les toutes les rues et places principales. Les membres des Bassidji armés jusqu'aux dents, étaient visibles partout, manifestement prêts à tuer les manifestants qui arrivaient par petits groupes de cinq à dix personnes et commençaient à se rassembler. Au début, il y avait environ 10 000 personnes autour de la place ENqelab ( la place de la Révolution ) qui n'avaient pas encore formé de cortège. C'est alors que quatre à cinq mille personnes ont voulu former un cortège et ont commencé à crier des slogans comme " Nous n'avons pas donné notre sang pour arrêter maintenant " ou "Khamenei, Pinochet, L'iran ne sera pas le Chili ". Mais aucune des manifestations n'a pu durer longtemps car la police frappait les gens, les Sepah leur tiraient dessus, et les Bassidji tapaient aussi. Les gens qui habitent aux alentours avaient laissé leurs portes ouvertes ce qui a permis aux blessés et à ceux qui étaient poursuivis par la police de trouver des refuges. Ce qui s'est produit sur la place de la Révolution s'est produit en de nombreux autres endroits, sur la place Tohid, la police s'était installée dans un bus et tirait de là sur les gens, des gens qui ne portaient même pas d'armes et étaient descendus dans la rue juste pour manifester calmement et défendre leurs droits fondamentaux d'humains et de citoyens. Sur la place Azadi ( place de la Liberté ), les gens étaient nombreux et ont aussi été attaqués, blessés et certains tués par la police, mais aujourd'hui les manifestations ne se sont pas tenues seulement dans le centre, elles se sont élargies à la plupart des places de Téhéran: la place Vanak, Ferdosi, Shahrakegharb, Tehranpars, Ariashar, et dans les environs. Il s'agissait de gens ordinaires et même d'enfants qui se battaient contre la police, désarmés et sans protection, mais courageux et déterminés à sacrifier même leurs vies pour la liberté. Les gens ont brûlé des voitures et d'autres véhicules, dont la plupart appartenaient à la police, des grenades lacrymogènes ont été jetées partout ou les gens se rassemblaient. La plupart d'entre nous n'avaient jamais vu autant de Bassidji de leur vie.Le régime avait rassemblé toutes ses forces pour tuer sauvagement ses propres citoyens dans la rue. Les gens sont restés sur la place Azadi jusqu'à minuit et il y a encore des affrontements dans certaines rues. Beaucoup de gens sont à l'hôpital, ou la police dresse des listes de noms. beaucoup d'activistes ont été arrêtés et ont disparu. Aujourd'hui la République Islamique a montré une nouvelle fois, qu'ils ne céderont et qu'ils sont prêts à tuer autant de gens qu'il le faudra pour rester au pouvoir. Une partie de la Gauche réformiste est prête à défendre la République Islamiste contre nous, et des gouvernements occidentaux pourraient essayer de faire ingérence, leur soutien est empoisonné, les Iraniens décideront seuls de leur destin, contre l'impérialisme et contre la République Islamique. Les gens ont montré qu'ils veulent plus que de timides réformes, ils veulent ce qui leur a été pris pendant toutes ces années, ils veulent reconquérir leur dignité et leur liberté. Un régime tellement terrifié par la majorité de ses citoyens qu'il est prêt à tuer des gens désarmés n'est pas un régime qui peut durer et nous allons continuer le combat jusqu'à ce que nous soyons une nation libre. _______________________________________________ Actualité de l'Anarcho-syndicalisme http://liste.cnt-ait.info http://cnt-ait.info Contact@cnt-ait.info Reproduction, diffusion et traductions encouragées

Publié dans luttes sociales

Commenter cet article

Jason 20/07/2009 11:26

Salut la feignasse !Alors, 3 article en 7 mois seulement !!! c'est pas terribleJe te conseille de te sortir les doigts du cul si tu veux pas que je vienne chez toi tout casser !tu sera prévenu ma tafiole !