De la laïcité

Publié le par ced

Le fait d'être laïc ou laïque - même l'orthographe est incertaine ! - est souvent perçu comme le fait d'être catholique à la base mais d'accepter les autres religions et de tolérer les autres croyances mais les laïcs s'empresseront d'ajouter que la laïcité ne se résume pas à une simple tolérance en matière de religion...

Historiquement, le terme laïc, qui est très ancien et date de bien avant 1905, désigne les catholiques non membres du clergé qui constituent l'ordre des laïcs. Le terme laïc indique alors une séparation d'avec le clergé mais non d'avec la religion catholique puisque, pour un catholique, rien n'existe en dehors : « Hors de l'Église, point de salut. »

Étymologiquement, le terme « laïc » vient du grec « laikos : du peuple » tandis que le terme « clerc » vient du latin « clericus : savant ». La séparation se situe au sein de la religion catholique entre le peuple et ceux qui prétendent savoir, les autorités ecclésiastiques.

Ce n'est qu'avec la loi de 1905 et à partir de là qu'on utilise le terme laïc pour désigner les partisans de la séparation de l'Église et de l'État. Mais l'Église désigne-t-elle autre chose que ce que l'on appelait auparavant clergé ? Et l'État ne prétend-il pas représenter le peuple ? Donc cette définition de la laïcité est-elle vraiment nouvelle sur le fond ?

Il s'agit surtout d'une évolution sémantique parce que, de son côté, la religion catholique est quant à elle plus intolérante que jamais, en particulier depuis le dogme de l'infaillibilité papale promulgué en 1870. En effet, comment peut-on être tolérant lorsqu'on se dit infaillible et qu'on considère donc, a priori, tous ses contradicteurs éventuels comme étant dans l'erreur !? Le catholicisme, comme tous les dogmes, n'est pas compatible avec la tolérance, l'ouverture ou le débat parce que confronté à la contradiction, comme tous les dogmes, il s'écroule. Chercher de la tolérance, de l'ouverture et du débat du côté de l'Église, c'est comme chercher des cocotiers sur une plage en Suède, c'est une absurdité.





Pour ce qui est de la définition du chef de l'État de la laïcité, elle a le mérite d'être clair (sans jeu de mots!) et de lever toute ambigüité : « [Il faut] assumer pleinement le passé de la France et ce lien particulier qui a si longtemps uni notre nation à l'Église [...] C'est par le baptême de Clovis que la France est devenue Fille aînée de l‘Eglise [...] la République laïque a longtemps sous-estimé l'importance de l'aspiration spirituelle [...] La laïcité n'a pas le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes. Elle a tenté de le faire. Elle n'aurait pas dû.» (discours au Vatican, le 20 décembre 2007). Selon Sarkozy, non seulement la laïcité se situe au sein de la religion catholique mais le peuple laïque doit encore honorer sa mère l'Église ! Il confirme lors de la venue du pape à l'Élysée : « Voilà la pratique de la laïcité positive, la quête de sens, le respect des croyances. Nous ne mettons personne au-devant de l’autre, mais nous assumons nos racines chrétiennes. Voilà ce que nous voulons, Très Saint-Père »

La France, l'Église et Sarkozy sont effectivement très liés et c'est pour cela que je suis anarchiste.


The Christians love their guns
The church and NRA
Pray for their salvations
Prey on the lower faiths

The story book's been read
And every line believed
Curriculum's been set
Logic is a threat
Reason searched and seized
NOFX -  The  Decline
 

Publié dans antireligion

Commenter cet article