Solidarité avec tous les émeutiers

Publié le par ced

brest.jpg

Vendredi 14 décembre, à Brest, Laurent Segond est condamné en comparution immédiate à deux ans de prison fermes pour avoir lancé un pavé sur une voiture de police banalisée pendant une manifestation lycéenne. Le 30 novembre dernier, Olivier Théron est arrêté dans son atelier à Mirys pour être directement amené en détention où,  pour avoir enyaourté la voiture de Sarkozy, il restera pendant plusieurs mois. Et il y a aussi tous les autres…


Toutes ces condamnations sont complètement disproportionnées, il s’agit de bavures judiciaires en récidives. Les tribunaux, qui n’ont de toute façon jamais servi à juger mais se sont toujours contenté de condamner, ce qui est déjà, à la base, une curieuse conception de la justice, reprennent de plus en plus leur forme antique, celle de l'autel des sacrifices ou des psychopathes encostûmés sacrifiaient des innocents en prononçant des paroles incompréhensibles et codées par un verbiage propre à leurs cérémonies mystiques. Aujourd’hui, les juges ne sont que des bourreaux et ils travaillent pour l’état :


Ce caillou de 757 grammes, nous l'avons tous lancé et le yaourt de 125 grammes aussi, alors ce n'est pas à quelques boucs émissaires de payer pour nous tous. Pour un dégât matériel minime, sans aucune conséquence, un juge décide, en quelques minutes, de détruire irréversiblement la vie d’un jeune amoureux de 22 ans qui manifestait avec sa copine en prononçant à son encontre une peine de deux ans fermes... Alors que pendant le même temps, nous attendons toujours la vérité et le verdict au sujet d’une moto renversée et de deux gamins écrasés, probablement assassinés avec préméditation ("Si je te recroise, je t'écrase !") par les collègues des conducteurs et passagers de la malheureuse voiture abîmée.(*)


Bien sûr, certains s'empresseront d'enfoncer Laurent Segond et Olivier Téhron au fond de leurs cellules en racontant n'importe quoi sur des gens qu’ils ne connaissent pas et que les media n’hésiteront pas à dépeindre comme de dangereux « casseurs » possédant tous les vices possibles et imaginables. Mais nous connaissons la musique et  nous restons solidaires parce que nous sommes tous des « casseurs » à notre façon. Nous manifestons pour de justes revendications et l’état nous réprime aveuglément et de plus en plus durement en espérant ainsi nous faire taire…

Pourtant, comme cela a toujours été le cas, le résultat est exactement l’invers
e. Hiers à Brest, des émeutes ont éclaté contre les forces de police parce que les agressions policières, arrestations arbitraires ne nous feront jamais taire...


(*)Voir aussi: un accident trop mal orchestré

 

Solidarité avec tous les émeutiers!

Commenter cet article